Vous êtes en Toscane... souriez et vivez l'expérience

Florence n’a pas besoin d’introduction, elle est  le cœur de la culture italienne. Dès notre hébergement près de Florence, vous pouvez atteindre la ville dans une heure de voiture (environ 60 km), mais le train est une tr�s bonne alternative. La gare de Castelfiorentino (petite ville � 10 Km de La Casaccia) est � 45 minutes de la gare de Florence, d�o� vous pourrez commencer � visiter � pieds le centre historique.

Pourquoi aller � Florence

Pour le dire dans un mot, passer les vacances près de Florence sera une expérience incomparable.Florence est incontestablement une ville incroyable, qui d�voile ses multiples facettes et panoramas, toujours diff�rents selon le moment de la journ�e. C�est une ville de petite taille, mais n�anmoins l�une des plus belles du monde, qui accueille des millions de touristes venus des quatre coins du monde pour admirer cette ville exceptionnelle. Florence, surnomm�e � le berceau de la Renaissance ï¿½, est magn�tique et romantique. Elle est sans �gal. Sur le plan urbanistique, elle a tr�s peu chang� depuis la Renaissance. Ses rues �troites �voquent d�anciens r�cits et la qualit� de la nourriture et du vin est si �lev�e que l��tiquette � florentin ï¿½ est devenue synonyme de qualit� dans le monde.
La mode et le luxe trouvent aussi leur place � Florence et sont expos�s dans la c�l�bre Via Tornabuoni. Gucci et Roberto Cavalli sont n�s ici, comme de nombreux autres Florentins qui ont r�ussi.

Quand s�y rendre
C�est certainement le printemps la meilleure p�riode de l�ann�e pour visiter Florence : les journ�es sont longues et fra�ches et la ville et les mus�es ne sont pas bond�s comme en haute saison. Le Mai Florentin, qui commence � la fin du printemps, est la plus ancienne manifestation artistique en Italie. En revanche, en automne Florence r�gale le palais des passionn�s de saveurs avec des ceps, des ch�taignes et des recettes qui s�inspirent de ces merveilleux produits.

Itin�raires
De David

Parmi les nombreux endroits où loger en Toscane près de Florence, nous offrons le meilleur point de départ pour plusieurs itinéraires.


L�itin�raire � de David ï¿½ est sans aucun doute un itin�raire de charme. Nous vous invitons � commencer par la sculpture originale de Michel-Ange, expos�e dans la Galerie de l�Acad�mie, continuer � pieds jusqu�� la Piazza della Signoria pour admirer la copie de la statue, tomber sous le charme de cette place merveilleuse, et poursuivre votre chemin vers le mus�e du Bargello o� sont expos�es les versions du David de Donatello et d�Andrea del Verrocchio. Les chefs-d��uvre architecturaux de Michel-Ange dans la Biblioth�que Laurentienne (Biblioteca Laurenziana Medicea) sont �galement � voir, sans oublier de prendre un caf� au coucher du soleil sur le Piazzale Michelangelo. La journ�e pourrait se terminer par une d�gustation de chocolat chez Scudieri.

Fresques
R�veillez-vous, puis, apr�s avoir pris un caf� dans le cadre �poustouflant de la Piazza della Repubblica, au Bar Gilli par exemple, allez admirer les fresques de Domenico Ghirlandaio dans la Basilique de Santa Maria Novella. Allez ensuite d�jeuner � la Trattoria da Mario puis dans le Mus�e San Marco, o� vous resterez en extase devant les tableaux de Beato Angelico. L�itin�raire se termine avec la visite du Palais M�dicis-Riccardi et de la Chapelle des Mages de Benozzo Gozzoli.

Arno
Pr�voyez toute la matin�e pour visiter le Mus�e des Offices. Puis, rendez-vous � la Cantinetta dei Verrazzano pour un d�jeuner de style rustique, ou prenez un � panino ï¿½ chez �Ino. La visite guid�e du Corridor de Vasari sera une exp�rience inoubliable ; si vous n��tes pas des passionn�s d�art, accordez-vous un peu de temps pour faire du shopping dans les boutiques de luxe de la c�l�bre Via de Tornabuoni. Le soir, traversez l�Arno et prenez un ap�ritif, puis faites une d�gustation chez Le Volpi et L�uva ou le Santo Bevitore.

Histoire
Florence est n�e � l��poque o� les �trusques �tablirent leurs premi�res implantations pr�s de la petite ville de Fiesole. Jules C�sar fonda la colonie romaine � Florentia ï¿½, qui devint une garnison charg�e de contr�ler la Via Flaminia, une voie romaine qui de Rome menait vers l'Italie du Nord puis vers la Gaule.
� la fin de l�Empire Romain, Florence fut envahie par les Goths puis par les Lombards et par les Francs.
L�an 1000 marqua un tournant important dans le destin de la ville car le margrave Hugues de Toscane y implanta sa capitale.
En 1115 Florence devient une commune autonome.
La ville �tait g�r�e par un Conseil dont les membres provenaient de nombreuses factions citadines, ce qui rendait la gestion de la ville difficile.
C�est ainsi qu�en 1207 fut nomm� un gouverneur super partes, le podestat.
Au Moyen-�ge Florence �tait une ville en plein essor, un centre financier et culturel europ�en, et une plateforme commerciale pour le cuir, la soie et la laine. Dans ce contexte, des corporations marchandes se constitu�rent et financ�rent les nombreux artistes qui apparaissaient dans le panorama citadin.
� l��poque, Florence se partageait en deux grandes factions rivales : les guelfes, partisans du Pape, et les gibelins, qui soutenaient le Saint-Empire romain.
La lutte dura pr�s d�un si�cle et des artistes comme Giotto ou Dante Alighieri furent issus de cette p�riode.
En 1348 la peste noire extermina la moiti� de la population florentine. Giovanni Boccaccio s�inspirera de ce fl�au pour �crire son chef-d��uvre, le D�cam�ron.
L'�poque des M�dicis commence en 1434 avec Cosme de M�dicis dit l�Ancien. Cosme valorisa le talent d�artistes tels que Brunelleschi, Alberti, Luca della Robbia, Beato Angelico, Donatello et Filippo Lippi.
En 1439 le Concile Eccl�siastique, dont l�objectif �tait de r�unir l��glise Catholique et celle d�Orient, appela � Florence nombre d�intellectuels et artisans byzantins. Il influen�a la p�riode suivante, dite de la Renaissance.
Laurent le Magnifique, neveu de Cosme, soutenait les plus grands artistes de son �poque, comme Michel-Ange, Botticelli et Domenico Ghirlandaio. Point de d�part de l�Humanisme, la cour de Laurent favorisa la renaissance de tous les arts.
Apr�s la faillite de la banque des M�dicis peu avant la mort de Laurent, Florence, presqu�en contrepartie de son ancienne splendeur, fut contr�l�e par J�r�me Savonarole, un moine dominicain intransigeant.
Nombre d�artistes durent m�me br�ler leurs �uvres jug�es immorales. Toutefois, Savonarole perdit lui aussi le contr�le de la ville et mourut sur le b�cher comme h�r�tique.
Le Gouvernement de la r�publique de Savonarole avait exprim� sa sympathie pour la nation fran�aise, ce qui provoqua des conflits avec le pape et ses alli�s espagnols, jusqu�� la d�faite de l�arm�e de Florence par l�arm�e espagnole elle-m�me en 1512. C�est ainsi que les M�dicis revinrent au pouvoir.
Mais les M�dicis revinrent en tyrans et lorsque le Pape Cl�ment VII (Jules de M�dicis) capitula face � l�empereur Charles V, les Florentins chass�rent � nouveau les M�dicis de la ville.
Trois ans plus tard, cependant, les deux arm�es, imp�riales et papales, assi�g�rent Florence et la population fut contrainte � se soumettre � Alexandre de M�dicis, arri�re-petit-fils de Laurent.
Le contr�le de la ville par les M�dicis dura encore deux si�cles mais apr�s Cosme Ier le d�clin fut tr�s rapide. � la mort de Jean Gaston, dernier h�ritier m�le, sa s�ur Anne vendit le grand-duch� de Toscane au Habsbourg-Lorena et rien ne changea jusqu�en 1861 lorsque le grand-duch� fut inclus dans le Royaume d'Italie.
Durant la seconde guerre mondiale, Florence subit d�importants dommages � cause des bombardements des troupes allemandes en retraite.
En 1966 les inondations provoqu�rent d��normes d�g�ts dans la ville.
En 1993 un attentat � la bombe perp�tr� par la mafia � Via dei Georgofili fit 5 victimes et endommagea une partie des Offices.

� voir, � faire
Florence est si riche en arts, mus�es, galeries, qu�il est certainement difficile de s�y orienter. Nous vous conseillons de ne pas pr�tendre voir n�importe quoi mais de choisir ce qui vous int�resse le plus et de profiter des promenades � effectuer dans le calme. Les �glises n�acceptent pas les visiteurs en shorts, en chemises/maillots � manches courtes ou en robes tr�s d�collet�es. Sachez que les guichets ferment 30 minutes avant la fin des visites.
Une semaine par an (en g�n�ral au printemps) les mus�es publics sont gratuits.

Commen�ons par la Piazza Del Duomo.

LE D�ME
La t�che de construire le D�me sur les restes de l��glise de Santa Reparata fut confi�e � Arnolfo di Cambio en 1294. L��uvre est d�une grande homog�n�it�, mais en r�alit� les interventions furent nombreuses. Giotto, Andrea Pisano et Francesco Talenti succ�d�rent � Arnolfo. La coupole du Brunelleschi fut termin�e en 1434 et en 1468 Verrocchio la couronna d�une boule et d�une croix en bronze. Quant � l�ext�rieur, il ne reste plus rien de la fa�ade d�Arnolfo di Cambio. La fa�ade actuelle fut construite en 1871 afin que la capitale d�Italie n�e�t pas un D�me d�pourvu de fa�ade, mais Emilio de Fabris, qui la r�alisa, r�pliqua le d�corativisme florentin du XIVe si�cle. Le flanc droit conserve les traces les plus anciennes de la construction, comme le montre un relief de l�Annonciation qui porte la date de 1310. La porte du Campanile contient dans la lunette une Madone avec l�Enfant et sur le fronton un Christ B�nissant, de l��cole d�Andrea Pisano. La porte des canoniques fut sculpt�e en 1378 par Lorenzo di Giovanni Ambrogio et par Pietro Giovanni Tedesco. Dans la lunette une autre Madone avec l�Enfant, probablement de Niccol� di Pietro Lamberti. L�abside est un complexe grandiose : d�un c�t�, � la base on aper�oit une galerie inachev�e � arcs de Baccio d�Agnolo et Antonio da Sangallo l�Ancien, que Michel-Ange contesta en la d�finissant une �cage � grillons�. Sur le flanc gauche s�ouvrent la porte de la Balla et la porte de la Mandorla du XIVe si�cle, consid�r�es comme un banc d�essai vers le style Renaissance. Le proph�te sur la fl�che lat�rale est attribu� � Donatello.
L�int�rieur du D�me : le plan est en forme de croix latine ; un balcon parcourt la nef centrale et le transept, les murs sont perc�s de 55 fen�tres dont 44 dot�es de vitraux figur�s, un record italien, r�alis�es par les plus grands artistes de la Renaissance (Donatello, Ghiberti, Paolo Uccello, Andrea del Castagno). Deux monuments �questres de John Hawkwood r�alis� par Paolo Uccello et de Niccol� da Tolentino r�alis� par Andrea del Castagno se distinguent. Sur la calotte interne de la coupole est repr�sent� le Jugement Universel du Vasari, termin� par Federico Zuccari. La Sacristie Nouvelle ou des Messes est rev�tue des marqueteries en bois de Benedetto et Giuliano da Maiano. Laurent le Magnifique s�enferma dans cette salle pour fuir la conjuration des Pazzi.
La coupole du D�me : les 463 marches de la coupole du Brunelleschi donnent acc�s � une vue spectaculaire sur la ville. Cette construction, r�alis�e selon des m�thodes in�dites � l��poque, est impressionnante pour son �l�gance et sa majest�.
Le campanile : (ouvert du lundi au dimanche de 8h30 � 18h50, ferm� le 1er janvier, le 8 septembre, � No�l, � P�ques, entr�e 6 euros) De ses 84,70 m�tres de haut et une base de 14,45 m�tres de c�t�, il donne le r�sultat d�un gothique �lanc� mais solide, typique du gothique florentin. Giotto travailla sur le campanile jusqu�� sa mort en 1337; il fut remplac� par Andrea Pisano, � son tour remplac� par Francesco Talenti qui termina l��uvre en 1359.
� l�ext�rieur on observe des marbres blancs de Carrare, roses de Sienne et verts de Prato. Le toit est dot� d�une grande terrasse panoramique � laquelle on acc�de apr�s avoir gravi les 414 marches en colima�on.

Le Baptist�re de Saint-Jean
� l�origine une cath�drale, il devint baptist�re en 1128. Jusqu�au XIXe si�cle tous les Florentins y �taient baptis�s. Cette construction, une des plus anciennes de Florence, � plan octogonal, poss�de trois portes en bronze. La porte Sud est l��uvre d�Andrea Pisano, la porte Nord, en revanche, est de Lorenzo Ghiberti, auquel a �galement �t� confi�e la r�alisation de la porte Est, surnomm�e � Porte du Paradis ï¿½ par Michel-Ange. � l�int�rieur, au-dessus de l�autel,  l�Agneau mystique s��l�ve dans la sph�re c�leste et, dans la coupole, l�impressionnant Christ Juge.

Mus�e de l��uvre de Santa Maria del Fiore
www.operaduomo.firenze.it
L��uvre du D�me est n�e lors de la constitution d�une association d�administrateurs, d�artistes et d�ouvriers qui avaient pour t�che de suivre sa construction. Le mus�e contient les pi�ces les plus pr�cieuses du D�me, du Baptist�re et du Campanile, parmi lesquelles les briquettes de la Porte du Paradis de Lorenzo Ghiberti.

Maison de Dante
www.museocasadidante.it
Le portrait du po�te se trouve dans le palais des jurisconsultes et des notaires. Il semblerait que cette maison ne soit pas la maison natale de Dante qui naquit probablement dans une des demeures des Alighieri dans la rue �ponyme. L��difice est une r�fection de style m�di�val du d�but du XXe si�cle o� l�on trouve du mat�riel iconographique, graphique et documentaire, ainsi que des objets remontant � l��poque de Dante.

Via dei Calzaiuoli relie le pouvoir religieux de la Piazza del Duomo au pouvoir politique de la Piazza della Signoria. Aujourd�hui, elle est tr�s fr�quent�e par les touristes et une excellente occasion de shopping.
Apr�s les vitrines de Hugo Boss s�ouvre la Piazza della Repubblica :
La place supplanta en 1885 le Ghetto et la Piazza del Mercato Vecchio, pour donner du lustre � l�ancien c�ur de la ville romaine. Entour�e de caf�s de luxe, de magasins comme la Rinascente, anim�e par les touristes et les artistes de rue, c�est un centre dynamique qui anime toute la ville.
� travers l�Arc Monumental on acc�de � la Via Strozzi, o� se trouvent :

Palais Strozzi
www.palazzostrozzi.org
Les Strozzi �taient de riches banquiers qui firent construire des palais dans toute la ville. Leur r�sidence est un des exemples les plus significatifs de l�architecture de la Renaissance. Certaines salles sont utilis�es pour des expositions temporaires et des associations culturelles y ont leur si�ge, comme l�Institut National d��tudes sur la Renaissance et le Cabinet Scientifique et Litt�raire Giovan Pietro Vieusseux (www.vieusseux.fi.it)

Depuis la Via Pellicceria l�arr�t profane est � la Loggia del Mercato Nuovo, du XVIe si�cle, qui accueille le march� du Porcellino, riche en sacs et articles en cuir propos�s � des prix n�gociables. La Loggia � del porcellino ï¿½ tire son nom de la fontaine �ponyme avec sa sculpture, en r�alit� un sanglier, copie d�un original d��poque hell�nistique en marbre conserv� aux Offices. Il parait que si on fait tomber une pi�ce de monnaie dans la fontaine et qu�on la frotte ensuite, cela porterait bonheur et garantirait un retour � Florence.

ORSANMICHELE
Structure rectangulaire � trois �tages, justifi�e par les diverses �tapes de sa construction. Autrefois, un monast�re avec de vastes jardins se trouvait � cet endroit. La premi�re construction d�Arnolfo di Cambio fut restructur�e par Francesco Talenti apr�s un incendie entre 1337 et 1350.

En sortant d�Orsanmichele on se retrouve dans la Via dei Calzaiuoli pour se d�tendre, manger ou simplement boire un bon verre de vin.

Depuis la Piazza S. Giovanni on acc�de � la Via dei Pecori, puis � la Piazza dell'Olio. Dans la Via dei Cerretani se trouvent de nombreuses librairies tr�s fr�quent�es ; la Via dei Cerretani, souvent bond�e, m�ne vers la gare centrale mais apr�s une courte marche on acc�de � gauche � la Piazza Santa Maria Maggiore, o� s��l�ve la tr�s ancienne �glise de Santa Maria Maggiore. Un peu plus loin, la Piazza degli Antinori offre le palais Antinori de style Renaissance. Le palais n�est pas visitable mais dans la cour on peut acc�der � la petite cave Antinori pour d�guster les vins des vignobles �ponymes.

Les somptueux palais de la Via dei Tornabuoni accueillent les boutiques les plus chics de la ville. En continuant vers le fleuve Arno, on ne peut �viter le palais Tornabuoni-Corsi, construit par Michelozzo � la fin du XVe si�cle, et le c�l�bre et historique magasin gastronomique Procacci. On remarque �galement les vitrines des boutiques Cavalli, Tod�s, Hogan.

Piazza della Signoria
La Via dei calzaiuoli donne un acc�s privil�gi� sur la Piazza della signoria qui appara�t sous nos yeux dans toute sa splendeur. V�ritable mus�e en plein air, on remarque imm�diatement la Galerie des Offices et la Loggia della Signoria, dite � dei Lanzi ï¿½. Elle fut construite entre 1376 et 1382 pour accueillir des assembl�es et des c�r�monies publiques. On remarque le Pers�e de Benvenuto Cellini et le Rapt des Sabines de Gianbologna. Sur la Fontaine de Neptune tr�ne la statue en marbre de Neptune, �uvre de Bartolomeo Ammannato. Les Florentins la rebaptis�rent � Il Biancone ï¿½ pour sa blancheur. Pr�s de la base du monument un disque de granit encastr� dans le sol rappelle le lieu o� fut br�l� vif J�r�me Savonarole.

Palazzo Vecchio
� la fin du XIIIe si�cle la ville de Florence d�cide de construire un palais fortifi� pour garantir une plus grande s�curit� aux magistrats de la ville. Ainsi, la construction du palais des Priori, ou de la seigneurie, d�buta en 1299 sous la direction de l�architecte Arnolfo di Cambio. Aujourd�hui, le Palazzo Vecchio est l�h�tel de ville de Florence, et reste en grande partie visitable.
Les cours : La premi�re cour fut projet�e par Michelozzo. Au centre, la statue dans la fontaine, projet�e par Vasari, est une copie de l�Enfant au Dauphin d�Andrea del Verrocchio. Les fresques sur les murs repr�sentant des vues de la ville sont l��uvre de Vasari. La deuxi�me cour, connue sous le nom de � Cortile della Dogana ï¿½ (cour de la Douane), a des piliers massifs construits en 1494 pour soutenir le � Salone dei Cinquecento ï¿½ au premier �tage.
Le premier �tage : Un escalier majestueux, projet� par Vasari, m�ne au � Salone dei Cinquecento ï¿½. La salle fut agrandie et d�cor�e par Vasari en 1540. Durant le gouvernement populaire, la d�coration des murs avait �t� confi�e � Michel-Ange et � Leonardo (Leonardo laissa la fresque repr�sentant la bataille d�Anghiari inachev�e). Les d�corations des murs et du plafond sont l��uvre de Vasari et de son atelier. La sculpture la plus importante de la salle est le G�nie de la Victoire de Michel-Ange.

Le � Studiolo ï¿½ (cabinet de travail) de Fran�ois Ier : Une porte de la salle des Cinq-Cents s�ouvre sur le cabinet de travail de Fran�ois Ier de M�dicis, �uvre par excellence du mani�risme florentin, o� Fran�ois se consacrait � ses �tudes sur les sciences, les arts et l�alchimie. Il s�agit d�une chambre secr�te, enti�rement d�cor�e de peintures, de stucs et de sculptures, r�alis�e par Vasari et son �cole.

Le deuxi�me �tage : Le deuxi�me �tage abrite les appartements priv�s de Cosme Ier, commissionn�s � Battista del Tasso, dont les d�corations furent r�alis�es par Vasari. Les nombreuses pi�ces sont d�di�es aux membres de la famille et certaines renferment des �uvres comme la statue de bronze de Judith et Holopherne de Donatello, � ne pas manquer.

Piazzale et Palazzo degli Uffizi
www.uffizi.firenze.it
Entre la Loggia della Signoria et le Palazzo Vecchio s�ouvre le magnifique Piazzale degli Uffizi. L�ensemble fut commandit� par Cosme Ier au Vasari qui lan�a les travaux et fut achev� par Buontalenti. La Galerie des Offices est consid�r�e comme le mus�e le plus ancien de l�Europe moderne, aujourd�hui l�un des mus�es les plus importants au monde pour la peinture italienne et europ�enne qui s�y trouve expos�e.
Voici quelques �uvres expos�es dans la Galerie des Offices :
La Madone Rucellai de Duccio di Buoninsegna, la Maest� di Santa Trinita de Cimabue, la Madone de Tous les Saints de Giotto, la Vierge et l�Enfant de Masaccio, ou la Bataille de Saint Romain de Paolo Uccello. Mais aussi les �uvres de Filippo Lippi, la V�nus de Botticelli, L�Annonciation de Leonardo da Vinci et pour ceux qui aiment la Renaissance � douce ï¿½ les �uvres du Perugino. On y trouve �galement les �uvres d�artistes non Florentins comme Luca Signorelli, Giorgione, Mantegna et Bellini. On revient ensuite � la peinture florentine avec la Sainte Famille (� Tondo Doni ï¿½) de Michel-Ange, ou l�Autoportrait de Rapha�l. On trouve �galement des �uvres de Pontormo, de Rosso Veneziano et de Tiziano qui inaugurent la saison du Mani�risme, ainsi que deux autoportraits de Rembrandt.

Le Corridor de Vasari (Corridoio Vasariano)
Autrefois, le Corridor de Vasari �tait le passage prot�g� et couvert, de moins d�1 km, qui servait � couvrir la distance entre le public et le priv�. Il reliait le Palazzo Vecchio, si�ge du pouvoir politique, au Palazzo Pitti, r�sidence priv�e qui permettait � la riche et puissante famille de M�dicis de se pr�munir de tentatives d�attentats en �vitant de descendre dans la rue et ainsi de pouvoir traverser sans escorte le fleuve de l�Arno par le Ponte Vecchio. La construction du Corridor fut commandit�e par  Cosme Ier � l�architecte Giorgio Vasari et r�alis�e en 1565 � l�occasion du mariage du fils de Cosme Ier. Aujourd�hui, le Corridor de Vasari d�pend de la Galerie des Offices, qui s�occupe �galement de la gestion de la collection du Corridor. Le Corridor de Vasari est un lieu �litaire et n�est accessible que par des visites guid�es r�serv�es � l�avance.


ENTRE LA SIGNORIA ET LE PONTE VECCHIO
Apr�s le classique chocolat chaud d�gust� face au Palazzo Vecchio, on s�engouffre dans les souvenirs de la Via dei Conti pour continuer ensuite vers la Piazza San Firenze, en remarquant imm�diatement l�ancien couvent de San Firenze. La fa�ade de l��difice, jusqu�en 2008 si�ge du tribunal, a retrouv� son aspect d�origine gr�ce � sa r�cente restauration. L��glise, d�di�e � Saint Filippo Neri, galerie de l�art florentin du baroque tardif, peut �tre visit�e. La place offre d�autres t�moignages artistiques importants, comme le Palais du Capitaine du Peuple, aujourd�hui si�ge du Mus�e National du Bargello.
Le palais est une grandiose structure gothique en pierre dot�e d�une tour pr�existante. Il est n� en tant que si�ge du Capitaine du Peuple. En 1574 le capitaine de justice et des prisons, d�nomm� � bargello ï¿½ (flic) s�y �tablit. Le mus�e national du Bargello offre une tr�s riche collection de  peintures, armes, bronzes, etc.. La salle la plus importante du mus�e est la salle de Michel-Ange qui expose certaines des �uvres les plus connues de Michel-Ange, comme le Bacchus, l�Ivresse de No�, le bas-relief du Tondo Pitti, le Brutus et le David de 1530 environ.

Face au Bargello se trouve l�un des ensembles monastiques les plus anciens de Florence, la Badia fiorentina.

En partant de la Piazza San Firenze on arrive au fleuve Arno en empruntant la Via dei Leoni jusqu�� la Loggia del Grano. La Loggia donne acc�s � la  Piazza dei Giudici o� s��l�ve le Palazzo Castellani, si�ge du mus�e d�histoire de la science (www.imss.firenze.it). Ce mus�e renferme les collections scientifiques des M�dicis et diff�rents instruments d��tude de Galileo Galilei.
On s�achemine sur le Lungarno Anna Maria Luisa et on fait une pause sur le balcon entre le fleuve et la galerie des Offices pour admirer une splendide vue de Florence. On continue ensuite notre parcours en prenant la Via Por Santa Maria, peupl�e de vitrines, lorsque sur la gauche s�ouvre une �chapp�e vers le silence de la d�licieuse Piazza di Santo Stefano avec l��glise de Santo Stefano al Ponte. Les salles de l�ancien couvent � c�t� de l��glise accueillent le mus�e dioc�sain de Santo Stefano qui expose notamment la Madone sur le tr�ne de Giotto, � ne pas manquer. Vous pouvez vous arr�ter sur la Piazza del Pesce pour prendre un caf�, puis poursuivre votre visite en vous dirigeant vers le Ponte Vecchio.


PONTE VECCHIO
Le Ponte Vecchio est le pont le plus c�l�bre de la ville de Florence dont il est l�embl�me. Il traverse l�Arno � son point le plus �troit, � l�endroit m�me o� se trouvait autrefois un gu�. Le pont �tait initialement occup� par des bouchers, des tripiers et des tanneurs, mais lorsque Cosme Ier fit construire le Corridor de Vasari ces humbles boutiques malodorantes devinrent g�nantes et furent vite remplac�es par celles des joailliers et bijoutiers qui aujourd�hui encore sont une des attractions du pont.

Sur la Piazza San Giovanni s�ouvre le quartier San Lorenzo, avec le march� central de San Lorenzo, bond� de vendeurs ambulants proposant des marchandises de toute sorte. Au centre s��l�ve l��glise San Lorenzo.
La famille M�dicis d�cida de faire de cette ancienne basilique son temple familial et commissionna sa r�alisation � Filippo Brunelleschi. Remarquez la fa�ade interne de Michel-Ange et les bronzes de Donatello. En sortant de la basilique, d�tendez-vous dans les clo�tres, dont le principal est le clo�tre � dei canonici ï¿½, projet� par Brunelleschi. Derri�re la basilique de San Lorenzo on acc�de au complexe des Chapelles des M�dicis qui renferme les tombeaux des M�dicis et la Nouvelle Sacristie de Michel-Ange.

Palais M�dicis-Riccardi
La construction de cette somptueuse demeure de style Renaissance fut commandit�e par Cosme l�Ancien � Michelozzo. Elle fut la r�sidence principale de la puissante famille des M�dicis jusqu�en 1540 lorsque Cosme Ier d�cida de transf�rer sa r�sidence au Palazzo Vecchio. En 1659 le palais fut vendu � la famille Riccardi. Il est aujourd�hui le si�ge de la pr�fecture de la Province de Florence.

Galleria dell'Accademia
La Galleria dell�Accademia fut fond�e par Pietro Leopoldo en 1784 afin de donner un espace d��tude aux �tudiants de l'Acad�mie des Beaux-Arts. La Galleria dei Prigioni (Galerie des Captifs) abrite quatre sculptures de prisonniers ou esclaves inachev�es de Michel-Ange qui repr�sentent bien la technique du grand artiste : � La figure existe d�j� dans le bloc de marbre : il suffit de savoir l�en d�tacher ï¿½ disait-il. On peut �galement admirer le tr�s c�l�bre David que Michel-Ange sculpta � 29 ans et qui devint imm�diatement l�embl�me de la libert� r�publicaine de Florence au d�but du XVIe si�cle.

L�H�pital des Innocents (Spedale degli Innocenti) et sa Galerie
Ce fut le premier orphelinat jamais cr�� en Europe. L�h�pital, projet� par Brunelleschi, accueille aujourd�hui des cr�ches, des �coles maternelles et des foyers pour les enfants recueillis, ainsi que des bureaux de recherche de l'Unicef. La collection est petite mais offre des �uvres de tr�s grande qualit� comme l�Adoration des Mages de Domenico Ghirlandaio.

Le quartier de Santa Maria Novella
En 1939 la soci�t� Gruppo Toscano remporte le march� pour la construction de la gare ferroviaire de Santa Maria Novella et r�alise ce qui est consid�r� comme une des meilleures expressions du courant rationaliste de l�architecture italienne moderne.
La Piazza Santa Maria Novella fut un site religieux d�s le Moyen-�ge, mais aussi un lieu o� �taient organis�es des f�tes et des joutes. L��glise de Santa Maria Novella donne sur cette place. � gauche de la fa�ade de l��glise se trouve l�acc�s au complexe mus�al : le Clo�tre Vert avec les fresques de Paolo Uccello, la Chapelle des Espagnols, le Grand Clo�tre, le Clo�tre des Morts.

Museo Nazionale Alinari della Fotografia
(www.alinarifondazione.it)
Le premier mus�e national d�di� � la photographie est n� � Florence � l�initiative de la fondation Fratelli Alinari. Le mus�e comprend deux zones d�exposition : une d�di�e aux expositions temporaires, l�autre � l�exposition permanente avec sept parcours qui illustrent l�histoire de la photographie au fil de son �volution � travers les techniques et les auteurs. Dans la Via della Scala, qui passe juste devant le mus�e Alinari, tr�ne la splendide Officina profumo-farmaceutica di Santa Maria Novella, une pharmacie-parfumerie ancienne qui doit sa cr�ation aux Moines Dominicains. Les Fr�res cultivaient des herbes m�dicinales et pr�paraient m�dicaments, baumes et pommades.

Santa Croce
Probablement parce qu�on y acc�de par des rues sombres, il est certain que la Piazza Santa Croce offre un sentiment d�ouverture et de libert� extraordinaire. Sur cette place s��l�ve la basilique de Santa Croce, c�l�bre tant pour les �uvres qu�elle renferme que pour sa fonction de Panth�on de la culture italienne. Des monuments fun�raires, dont la tombe de Michel-Ange et la tombe de Niccol� Machiavelli, sont visibles dans la nef de droite. Dans le r�fectoire du mus�e de l��uvre de Santa Croce se trouvent des grandes �uvres, dont la plus importante est le Crucifix de Cimabue.


OLTRARNO, FORTE BELVEDERE ET SAN NICCOLO�
La masse du palais Pitti qui s��l�ve sur la Piazza Pitti rel�gue en second plan les grandes architectures des �difices qui se trouvent juste devant et qui furent autrefois occup�s par des personnages illustres.
Le palais Pitti, voulu par Luca Pitti, marchand et banquier, est le plus grand palais de la ville et embrasse sur trois c�t�s la place qui porte son nom. En 1549 il devint la r�sidence des M�dicis, puis des Lorena et enfin des Savoia.
Le principal mus�e du palais Pitti, avec la Galerie Palatine et ses appartements royaux, fut cr�� par les Lorena et contient des �uvres de Rapha�l, Titien, Andrea del Sarto. On y trouve �galement la Salle de V�nus, avec la statue de la V�nus italique d�Antonio Canova, la Salle d�Apollon o� domine le grand retable de la Conversation sacr�e de Rosso Fiorentino, la Salle de Mars o� tr�nent les �uvres de Rubens, la Salle de Jupiter avec la Velata de Rapha�l, la Salle de Saturne avec des �uvres tr�s c�l�bres de Rapha�l, la Salle de l��ducation de Jupiter avec une peinture de Caravaggio.
Le premier �tage est �galement occup� par les appartements royaux orn�s de meubles et de tapisseries.
Derri�re le palais s��tend le merveilleux jardin de Boboli. Les M�dicis veill�rent � l�am�nagement du parc sur un projet de Niccol� tribolo. On peut y admirer la grotte de Buontalenti, le Vivier de Neptune avec la statue en bronze du dieu de la mer, la place de l�Isolotto. Le palais Pitti offre d�autres collections r�parties dans diff�rentes salles : le Mus�e de l�Argenterie, la Galerie d�Art Moderne, la Galerie des Costumes, la Galerie des Porcelaines.

Mus�e de la Specola
Ce mus�e est install� dans le palais Torrigiani et d�pend du mus�e d�histoire naturelle de l'Universit� de Florence. La section du mus�e la plus spectaculaire est celle des cires anatomiques qui date de la fin du XVIIIe si�cle et qui offre une reproduction des parties du corps humain model�es en Chine avec une incroyable pr�cision. Les collections de vert�br�s et d�invert�br�s comprennent des exemplaires de tout type.

�glise de Santo Spirito
Cette �glise est une des �uvres majeures de l�architecture de la Renaissance. � voir la Vierge � l�Enfant de Filippo Lippi et la chapelle Corbinelli.

Forte di Belvedere
La forteresse de Santa Maria del Belvedere fut r�alis�e � la fin du XVIe si�cle par l�architecte Buontalenti. Du haut de la forteresse on peut admirer une vue spectaculaire de la ville et de toute la vall�e de l'Arno avec les collines environnantes. Elle servait � prot�ger le palais Pitti et la ville de Florence, mais aussi � repr�senter le pouvoir des M�dicis qui dissimulaient leurs tr�sors dans un repaire secret dans la colline.

Piazzale Michelangelo
C�est le roi des balcons panoramiques sur Florence. Cette place fut inaugur�e en 1875, � l�occasion du quatri�me centenaire de la naissance du grand artiste, et expose des copies de ses �uvres : au centre, le David en bronze. La meilleure vue sur la ville est offerte par les escaliers � la gauche du David. Derri�re la place un imposant escalier permet d�acc�der � San Salvatore al Monte. La premi�re partie de Via Galileo Galilei m�ne � la splendide �glise de San Miniato.

San Miniato al Monte
C�est l��difice Roman le plus significatif de Florence, et aussi l�un des plus anciens de la ville, plus pr�cis�ment le deuxi�me apr�s le Baptist�re.

Découvrez tous les avantages de notre hébergement à l’extérieur de Florence pour votre vacance idéal dans le cœur de l’Italie. 


Manifestations et festivit�s typiques de Florence

F�te d�Anne Marie de M�dicis : 18 f�vrier

Explosion du Char (� Scoppio del Carro ï¿½) : PAQUES

Le Mai musical florentin : MUSIQUE (www.maggiofiorentino.com) de fin avril � d�but juillet

F�te de la Saint-Jean : 24 juin

Festival de Saint-Ambroise : mois de juin et juillet

Jazz & Co : MUSIQUE (www.santissima.it) de fin juin � septembre

Festival Florence Classique : mois de juillet (www.orcafi.it)

F�te des lampions (� Rificolone ï¿½) : 7 septembre


Sites utiles
� Florence Mus�es : www.firenzemusei.it
� Florence Tourisme : www.firenzeturismo.it
� Florence LowCost: www.firenzelowcost.it/it


Les lieux o� �viter la foule :
Florence est une des villes les plus visit�es au monde, par cons�quent elle sera toujours bond�e. Pour �viter la foule de touristes, voici quelques conseils utiles :
-  se r�fugier sur les collines florentines qui entourent la ville, pour une d�gustation, un d�jeuner ou un caf� avec une vue exceptionnelle
-  visiter le Jardin Bardini et se d�contracter en admirant le panorama
-  visiter le Corridor de Vasari
-  faire une balade en Vespa ou en Fiat 500 au milieu des oliviers et des vignes qui entourent la ville.